Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

 

Vidéo leader

Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel (ISMA)

Espace Tchif

Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel (ISMA)

Malgré de sérieuses contrariétés budgétaires, le Festival Lagunimages s’apprête comme tous les deux ans à partager avec les cinéphiles Béninois etrangers, son amour du 7ième art.

Une cinquantaine d’œuvre cinématographe nationales et internationales, projetées à travers la ville de Cotonou, pour une cinquantaine d’années d’histoires ordinaires et extraordinaires, nées de l’expérience et du vécu de ceux et celles qui ont décidé de nous les raconter sur une toile.

1-IMAGES THEMATIQUES

Dans cette section, neuf (9) films documentaires et fictions sur la Thématique, sont programmés :

2-VISION INTERIEURE

La production audiovisuelle Béninoise, s’enrichie chaque année de nouvelles œuvres documentaires, fictions, courts ou longs métrages.

La Section VISION INTERIEURE, sélectionnera et présentera au Public, les films d’école des élèves de l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel (ISMA), les films financés par le fond d’appui à la production audiovisuelle ( FAPA), ainsi que les documentaires et fictions des réalisateurs Béninois.

3-ACTUALITE DU DOCUMENTAIRE AFRICAIN

Cette section comme son nom l’indique, présentera une sélection de documentaires réalisés par des africains ou par des réalisateurs étrangers, sur l’Afrique.

4-PAYS INVITE

Cette section, créée lors de la quatrième édition du Festival LAGUNIMAGES en 2007, fait découvrir un pays, par des images, et des invités. Elle s’attarde également sur les liens cinématographiques et audiovisuels entre l’Afrique et le pays invité.

5-HOMMAGES

Cette secion rend hommage à des personnalités et des institutions du monde de l’audiovisuel.

LAGUNIMAGES 2009, va honorer un réalisateur Béninois en la personne d’Idrissou MORA KPAI.

Une productrice Allemande de films Africains, en la personne de Barbel Mauch et la prestigieuse

DEUTSCHE WELLE, qui offre chaque année depuis trois ans, par l’intermédiare de la DEUTSCHE WELLE AKADEMIE, une formation de cinq semaines pendant le festival de Berlin, aux managers d’évenementiels . Trois membres de l’Association LAGUNIMAGES ont déjà bénéficé de cette bourse.

LAGUNIMAGES 2009: LES ATELIERS

1-LA LECON DE CINEMA D’IDRISSOU MORA KPAI

Comme à chaque édition, nous demandons à un de nos invités de faire une leçon de cinéma à la jeune génération de cinéastes qui émergent au Bénin. Idrissou MORA KPAI se prêtera au jeu, pour cette cinquième édition .

2-ETRE FIXEUR, UN NOUVEAU METIER

L’augmentation des tournages étrangers, a entrainé la naissance d’une activité, celle de fixeur. Des documentaires et des magazines, financés par des chaînes de télévision (France 2 France 3), et des boîtes de production ( Point du Jour) Françaises, ont été fixé par des sociétés de production Béninoises comme Gangan Prod de Claude BALOGOUN et Contact Sarl de Christiane CHABI KAO, entre autres.

C’est de ce nouveau métier que vont vous parler Le réalisateur et producteur Claude BALOGOUN, le réalisateur Joël CHABI KAO, en tant que fixeurs et un réalisateur Franco –Béninois, Atisso Hervé MEDESSOU en tant qu’utilisateurs de fixeurs au cours de ses tournages dans le monde.

3-COMMENT MONTER UN DOSSIER DE FINANCEMENT DE FILM ET REUSSIR UNE CO-PRODUCTION NORS- SUD PAR BAEBEL MAUCH

Cet atelier de formation, s’adressera aux réalisateurs Béninois, qui se retrouvent parfois dans le rôle de producteur malgré eux, et permettra à BARBEL MAUCH, productrice Allemande de films Africains, de venir donner certaines clés, indispensables pour réussir une co-production avec une société de production du nord, et dire les pièges à éviter dans le bouclage d’un financement.

4-LES LIENS CINEMATOGRAPHIQUES ENTRE L’ALLEMAGNE ET L’AFRIQUE

Atelier de témoignages, d’informations et de conseils sur toutes les possibilités de collaboration, co-production, et formation dans le domaine de l’audiovisuel avec le pays invité.

Barbel MAUCH, la Dynamique Productrice Allemande qui met tout son réseau de relations cinématographiques européennes à la disposition des réalisateurs Africains, viendra nous parler des conditions à remplir pour bénéficier de ses services.

Branwen OKPAKPO réalisatrice Allemande d’origine Nigériane et Idrissou MORA KPAI talentueux documentariste  Béninois, tous les deux formés en Allemagne, partageront leurs expériences  à travers des témoignages.

Monique MBEKA PHOBA, initiatrice du Festival LAGUNIMAGES et fondatrice de l’Association du même nom, témoignera également de son expérience cinématographique à travers l’Europe et l’Afrique.

Toute l’histoire commence le 02 Octobre 2007, avec un courrier de Mme Gerda Meuer, proposant à l’association Lagunimages, pour la troisième année consécutive, une bourse pour une formation pendant cinq semaines, à Berlin du 21 Janvier au 24 Février 2008.

Le thème de cette formation a porté sur : « La Sélection de programme et la gestion d’évenementiels pendant un festival de films et l’organisation d’un marché du film ».

Cette formation, concernait ceux qui avait la responsabilité de plannifier le programme d’un festival et d’organiser le marché du film ainsi que les ’autres évènements liés à un festival.

Le but étant de permettre à des organisateurs de festivals de films, d’améliorer leurs performances dans les domaines du thème ci-dessus.

*
  • Permettre aux participants à cette formation d’acquérir les rudiments d’une auto-organisation
*
  • Familiariser les participants avec les critères de sélection des films et les procédures mises en place pour gérer le Festival de Berlin
*
  1. Aiguiser la conscience des participants sur le potentiel à développer dans les différents secteurs de leur propre festival ou marché du film. Améliorer leur capacité de communication et de présentation
*
  • Permettre aux participants d’avoir une expérience d’organisation de festival à travers l’étude de celle mise en place pour 58ième  Festival International du Film de Berlin.
*
  • Echanger des informations à propos de l’acquisition de films, des problèmes de projection et des initiatives pour le développement des audiences dans les pays représentés à la formation.
*
  • Pendant cinq semaines, l’équipe de la DW AKADEMIE a mis les petits plats dans les grands, pour nous préparer un séjour agréable. 

Le jour de la rentrée, une salle digne des grandes conférences internationales a été mise à notre disposition.

Nous avons rencontré ce jour là, toute l’équipe qui avait travaillé, durant des mois pour que cette formation , ainsi que notre séjour à Berlin soit une réussite.



Une ’histoire de multiples et enrichissantes rencontres.

  • Rencontre avec une équipe formidable, celle de la DEUTSCHE WELLE AKADEMIE
  • Rencontre avec un homme exceptionnel, l’initiateur de cette formation, PADHRAIC O DOCHARTAIGH
  • Rencontre avec un superbe Festival, celui de Berlin, ainsi que son équipe hypermotivée
  • Rencontre avec 9 festivals afro-asiatique et leurs représentants.
  • Rencontre avec Berlin, sa population, ses musées et son histoire si émouvante.
  • Rencontre avec un superbe Festival, celui de Berlin, ainsi que son équipe hypermotivée

Trève de bavardage! découvrons les précieuses images venues tout droit de berlin


En 2007, le festival lagunimages aeu pour thême:

2007, année cinématographique du Bénin ».

Au cours de cette édition, le festival a accueilli un pays invité: le Cameroun

RICHARD DE MEIDEROS REALISATEUR INVITE DE LAGUNIMAGES 2004

Richard de Medeiros est le deuxième réalisateur de l’histoire du cinéma béninois. Déçu par ce métier, il est devenu proviseur de lycée en France et vient de prendre sa retraite. Il avait même oublié qu’il était cinéaste et a été très ému de voir son film « Le Nouveau-venu », présenté à l’ouverture du festival, en 2004. Le professeur Gbenonvi, son ancien élève, a déclamé pour lui un hommage qui restera dans les mémoires, tout-à-fait remarquable. Le Nouveau-venu est un film à redécouvrir et raconte comment un jeune universitaire, revenu frais émoulu d’Europe et décidé à changer les choses dans l’administration, se fait petit à petit ensorcelé par ses collègues jaloux

Chaque édition du festival avait un thème : en 2000, les processus démocratiques en Afrique, en 2002, Esclavage, Mémoire de la diaspora, en 2004, Sorcellerie, science et sacré, L’invité-vedette de 2004, à cause du thème de la sorcellerie, était Patrick Nguema Ndong, qui gère des émissions très populaires sur ce sujet, à Africa n°1. L’enthousiasme des fans nous a débordés : des hordes le suivaient à chacun de ses déplacements, car il faisait des débats avec la salle, après chaque film sur la sorcellerie. Nous étions harcelés de coups de fil pour savoir où il était. Mais, lui-même, il a été un de nos invités les plus simples, sans exigences farfelues et mauvaises surprises…

NGUEMA NDONG INVITE DE LAGUNIMAGES 2004

Nous avons organisé une Journée de l’Enfant Sorcier, lors de l’édition 2004. Car il existe un phénomène de ce type dans le Nord-Bénin et nous avons voulu donner une tribune aux associations qui se battent contre des pratiques traditionnnelles d’infanticide, en organisant une compétition de dessins d’enfants sur ce sujet.

Nous avons organisé une Journée de l’Enfant Sorcier, lors de l’édition 2004. Car il existe un phénomène de ce type dans le Nord-Bénin et nous avons voulu donner une tribune aux associations qui se battent contre des pratiques traditionnelles d’infanticide, en organisant une compétition de dessins d’enfants sur ce sujet.

A la deuxième édition, nous avons rendu hommage à Pascal Abikanlou, le premier réalisateur de long-métrage béninois avec le film : « Sous le signe du vodoun », datant de 1974. Cela me semblait important que les béninois se réapproprient leur patrimoine cinématographique. Le film n’avait plus été vu au Bénin depuis des années. Pascal Abikanlou m’a dit cette phrase terrible : « Grâce à toi, je me souviens que je suis vivant ! »

PASCAL ABIKANLOU REALISATEUR INVITE DE LAGUNIMAGES 2002

Ici, je suis avec Kombert Quenum, qui m’a assisté pour la première et la deuxième édition et qui, depuis, gère un studio de doublage. Cet acteur de théâtre très doué a une voix de basse vraiment caractéristique. Il a de nombreuses cordes à son actif, puisque c’est lui qui est l’auteur de l’affiche de l’édition 2002.

En 2002, la deuxième édition a eu un autre invité vedette : Isaac de Bankole. La star de Black Mic-Mac est d’origine béninoise, mais a grandi en Côte d’Ivoire. Il a été accueilli comme l’enfant prodigue de la Bible, avec vénération et fiérté. N’en pouvant plus d’émotion, il a littéralement éclaté en larmes durant la soirée d’hommage et je l’ai bien sûr imité. Nous étions là sur la scène à renifle…r et pleurer comme des madeleines, avec les hôtesses qui nous apportaient des mouchoirs. Pour prouver qu’il était toujours béninois, il a parlé à la salle en yoruba, la langue qu’il a toujours continué à pratiquer avec sa mère : il parait que c’était un yoruba ancien et très poétique. Les gens le buvaient des yeux… Quel souvenir magnifique !Afficher la suite

Nous nous sommes précipités, toute l’équipe du festival de la 2ème édition, pour cette photo avec Isaach de Bankole : de gauche à droite, il y a Souleyman Bilha, moi, Isaach, Kombert Quenum, Moudjibath Daouda, Guy Olama, Monique Dossouvi et Osseni Souberou.

Je suis avec Joseph Kpobly, en marge d’un atelier sur les séries télévisées en Afrique, organisé pendant l’édition de 2002. Joseph est mort, alors qu’il était réclamé, en tant que décorateur jusqu’en Asie. Il était aussi le président de l’Association des Cinéastes Béninois et un grand ami. Quelle bonne humeur, quel talent, quelle boulimique de travail ! C’était un exemple constant.